Skip to content

Population adulte et services de carrière : trois constats

Ecoutez ce article sous forme d'enregistrement audio

Quand je suis arrivée au Canada, je ne connaissais rien du système d’éducation, du marché du travail et des trajectoires de carrière. À tel point que je ne savais pas quelle université choisir.

Le collège international où j’ai obtenu mon diplôme n’offrait pas de services d’orientation professionnelle, je devais donc me débrouiller seule.

Comme j’ai passé mes sept premiers mois au Canada à Hamilton, je n’avais aucun mal à me repérer dans la ville. Alors je me suis rendue à l’Université McMaster pour une visite : il y avait de la vie et de magnifiques bâtiments historiques. J’ai par la suite cherché à quelle position elle se trouvait dans le classement des universités, et j’ai appris qu’elle figurait au 80e rang mondial. La décision allait de soi; je m’y suis inscrite.

Mon expérience à McMaster a été fantastique. Mais encore aujourd’hui, deux diplômes en poche, les grandes décisions scolaires derrière moi, je me demande parfois : aurais-je fait les mêmes choix si j’avais eu accès aux services d’orientation? Avoir été mieux informée sur mes options m’aurait sans doute permis d’être plus sûre de mes décisions.

Combien de personnes au Canada auraient pu, comme moi, ou pourraient tirer profit des services de carrière pour mieux orienter leurs décisions professionnelles et scolaires? Un rapport conjoint du Conseil de l’information sur le marché du travail (CIMT) et du Centre des Compétences futures (CCF) révèle que la plupart des adultes au Canada ne connaissent pas l’existence des services de carrière ou ont du mal à y accéder.

Avec l’ampleur des perturbations causées par la pandémie sur le marché du travail, il est plus important que jamais de comprendre le rapport des Canadiens et des Canadiennes aux services de carrière et de savoir quels types d’information ils recherchent.

Voici trois constats clés qui ressortent de ce rapport

Un adulte sur cinq a recours aux services de carrière au Canada

Nous avons demandé à des adultes canadiens âgés de 25 à 64 ans ainsi qu’à de jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans s’ils ont fait appel à des services d’orientation de carrière au cours des cinq dernières années. Seul 1 adulte sur 5 (19 %) du premier groupe a eu recours à ces services, contre 1 sur 2 (50 %) chez les plus jeunes.

Comparés à d’autres pays, ces chiffres sont plutôt bas.

Par exemple, une étude de 2020 produite par l’OCDE (en anglais seulement) indique que 43 % des adultes à travers plusieurs pays ont déclaré recourir aux services d’orientation professionnelle, soit presque deux fois plus que les adultes au Canada.

Les adultes qui y ont recours estiment les services d’orientation de carrière utiles

La quasi-majorité des personnes (95 %) ayant eu recours aux services d’orientation professionnelle estiment qu’ils ont eu un impact positif dans leur cheminement.

Plus d’un tiers des adultes ont obtenu des informations précises (36 %) et renforcé leur capacité à trouver un emploi (34 %).

Plus d’une personne sur quatre affirme avoir une meilleure connaissance des compétences nécessaires pour atteindre ses objectifs professionnels ou entreprendre la carrière voulue (28 %).

En outre, 23 % des personnes interrogées déclarent avoir trouvé un emploi ou lancé une entreprise après avoir fait appel aux services d’orientation professionnelle.

La plupart des adultes canadiens n’accèdent pas aux services d’orientation

Parmi les 81 % d’adultes qui ont déclaré ne pas avoir fait appel aux services d’orientation professionnelle au cours des cinq dernières années, près de la moitié (49 %) n’en a pas ressenti le besoin.

De plus, 21 % d’entre eux ne connaissaient pas l’existence de tels services et un autre 21 % ont fait face à des contraintes de temps ou d’argent les empêchant d’y accéder.

Quant aux autres répondants, ils n’ont pas accédé aux services parce qu’ils ne les ont pas trouvés (3 %), parce qu’ils les percevaient comme étant médiocres (3 %) ou parce qu’ils n’étaient pas offerts au moment ou à l’endroit qui leur convenait (2 %).

Les prochaines étapes

Les résultats de l’étude sont clairs : les services d’orientation de carrière ont des répercussions positives sur les perspectives professionnelles, mais la population adulte canadienne l’ignore ou a du mal à y accéder.

Ici, au CIMT, nous travaillons de concert avec différents partenaires, dont le CCF, afin de mieux faire connaître les services de carrière, tout en veillant à ce que les spécialistes du développement professionnel aient accès à de l’information de qualité et à jour sur le marché du travail.

Le Tableau de bord des offres d’emploi en ligne au Canada du CIMT est l’un des outils que ces spécialistes peuvent employer pour rester au fait des exigences d’emploi et des pénuries de compétence émergentes. En 2022, une mise à jour de notre tableau de bord rendra ces données encore plus accessibles.

Le CIMT prépare également, en partenariat avec la Fondation canadienne pour le développement de carrière, une série de micro-certifications destinée aux spécialistes de l’orientation qui désirent en savoir plus sur les façons d’exploiter les informations sur le marché du travail selon les besoins de leurs clients.

Consultez notre récent rapport intitulé Les adultes utilisent-ils les services de développement de carrière au Canada?  pour une analyse détaillée de la question et découvrez comment nous pouvons encourager la population adulte à faire appel aux services de carrière dans un article signé Candy Ho.

Un nouveau rapport du CIMT et du CCF examinent la relation entre les adultes et les services de carrière au Canada.

Lire la suite

Profile Image - Bolanle Alake-Apata

Bolanle Alake-Apata est économiste à CIMT.

Elle contribue à la planification, à la conception et à la réalisation de projets de recherche dans plusieurs domaines liés à l’amélioration de la qualité de l’information sur le marché du travail canadien.

Illustrations par Sharleen Ramos pour CIMT.

Laissez un commentaire