Skip to content

Besoins critiques de main-d’œuvre : l’approvisionnement alimentaire du Canada en temps de crise

Jusqu’à il y a quelques semaines, la plupart des Canadiens n’avaient jamais vraiment réfléchi à la provenance de leur nourriture, à qui la produit et à s’il y en aurait assez pour tout le monde. Les achats frénétiques partout au pays ont fait en sorte qu’une semaine, il n’y avait plus d’œufs dans les épiceries, et la suivante, pas de farine. Face aux tablettes vides, les Canadiens changent leur façon de voir les choses. Les questions de la provenance de la nourriture et de ses producteurs deviennent de plus en plus importantes.

La pénurie de main-d’œuvre a des répercussions sur l’approvisionnement alimentaire

Les producteurs agricoles sont habitués à faire face à divers risques dans la production d’aliments destinés à notre consommation, comme des perturbations commerciales et de mauvaises conditions météo. Cependant, les agriculteurs ont de plus en plus de difficulté à trouver les travailleurs dont ils ont besoin. Au cours des cinquante dernières années, les travailleurs agricoles étrangers ont effectué une part croissance du travail saisonnier pour lequel aucun Canadien ne postule. En 2017, 59 500 travailleurs étrangers, principalement du Mexique, du Guatemala et des Caraïbes, ont cueilli nos pommes et récolté nos tomates dans des fermes partout au pays. Les travailleurs étrangers représentent maintenant 17 % de la main-d’œuvre agricole au Canada, y compris les propriétaires d’entreprises agricoles.

Alors que les effets de la flambée de COVID-19 s’aggravent, les agriculteurs craignent de plus en plus de ne pas disposer de la main-d’œuvre nécessaire pour nourrir les Canadiens dans les prochains mois. Conscient de l’importance d’assurer l’approvisionnement en nourriture du pays, le gouvernement canadien a jugé la production alimentaire essentielle et exempté les travailleurs agricoles étrangers des restrictions de voyage afin que les fermes puissent continuer à produire de la nourriture.

Les agriculteurs qui emploient des travailleurs étrangers sont maintenant en mesure de faire venir des travailleurs dans leurs exploitations agricoles sous réserve de respecter les règles strictes en matière de santé publique. Toutefois, tous les travailleurs agricoles étrangers ne pourront pas se rendre au Canada. Comme l’offre de main-d’œuvre canadienne disponible pour travailler dans les fermes est incertaine, les agriculteurs craignent qu’il y ait malgré tout une pénurie de travailleurs pour les semences et les récoltes en 2020.

Par ailleurs, plus de personnes travaillent en agriculture toute l’année que de manière saisonnière. Les agriculteurs affirment qu’ils sont de plus en plus souvent incapables de trouver des Canadiens pour occuper ces emplois hautement qualifiés et s’inquiètent de l’avenir. Le rapport Agriculteur 4.0 de la RBC indique que le secteur agricole a besoin de main-d’œuvre ayant des compétences numériques, des capacités de leadership, un sens des affaires et des compétences en communications pour stimuler l’innovation.

Le rôle de l’information sur le marché du travail pour nourrir les Canadiens

Il sera de plus en plus important de disposer d’information sur le marché du travail juste et actuelle pour que les chercheurs d’emploi de tous les âges comprennent où sont les emplois aujourd’hui et quelles compétences sont requises dans ce secteur (et d’autres) en pleine croissance et dynamique. Malheureusement, les chercheurs d’emploi ne savent pas comment trouver les informations sur les compétences et les connaissances dont les producteurs agricoles ont besoin.

La plupart des salariés agricoles exercent deux professions définies dans la Classification nationale des professions (CNP) : « Gestionnaires en agriculture » et « Ouvriers/ouvrières agricoles ». Toutefois, le travail effectué varie considérablement d’une exploitation à l’autre. Un ouvrier d’une ferme céréalière peut installer un système GPS et surveiller plusieurs écrans électroniques tout en conduisant de la machinerie agricole, alors qu’un autre ouvrier pourrait s’occuper d’animaux dans un environnement biosécurisé. Il est difficile pour les chercheurs d’emploi de comprendre comment leurs compétences correspondent aux postes annoncés lorsque les descriptions des professions dans la CNP sont trop génériques.

Le site web AgriEmplois du Conseil canadien pour les ressources humaines en agriculture offre aux chercheurs d’emploi des informations sur les compétences et les connaissances précises nécessaires dans les exploitations agricoles. Des définitions plus claires des professions agricoles dans la CNP devraient mieux refléter la diversité des compétences et des connaissances requises dans les exploitations agricoles modernes.

Des informations plus détaillées sur les salaires sont aussi nécessaires (l’un des types d’information sur le marché du travail les plus recherchés). L’impression que les salaires sont bas est un défi majeur dans l’attraction des Canadiens vers ce secteur. Beaucoup de gens ne savent pas que les salaires et avantages sociaux en agriculture ont connu une croissance supérieure à la moyenne au cours des deux dernières décennies. Ainsi, le domaine est devenu plus attirant comparativement à plusieurs autres secteurs. Des informations actuelles sur les salaires et les avantages sociaux offerts par type de production combleraient une lacune dans l’information sur le marché du travail dont disposent les chercheurs d’emploi intéressés par une carrière dans l’agriculture.

Lorsque les chercheurs d’emploi examinent les prévisions pour les emplois en agriculture, les rapports gouvernementaux basés sur la CNP indiquent que les perspectives professionnelles en agriculture sont mauvaises ou passables. Parallèlement, il existe toutefois un important déficit de main-d’œuvre. Le CCRHA estime que 16 400 emplois dans les exploitations agricoles n’ont pas été pourvus en 2018. Les gouvernements fédéral et provinciaux fondent leurs prévisions professionnelles sur l’Enquête sur la population active de Statistique Canada, qui ne tient pas compte de la majeure partie du travail effectué par les travailleurs étrangers dans les exploitations agricoles chaque année, ce qui entraîne des prévisions professionnelles inexactes. Il sera de plus en plus important de rendre compte du rôle des travailleurs étrangers temporaires afin que les Canadiens puissent comprendre où sont les besoins en matière de travail agricole.

Les carrières en agriculture sont mûres pour l’avenir

Avec l’intérêt accru pour la sécurité alimentaire et les chaînes d’approvisionnement en alimentation, c’est le moment idéal pour promouvoir les carrières en agriculture auprès des Canadiens de tous les âges. Les emplois qui soutiennent notre approvisionnement alimentaire sont hautement qualifiés et offriront de plus en plus de possibilités à l’avenir.

Les effets de la crise de la COVID-19 se feront sentir dans le secteur agricole dans les mois et les années à venir. Pour assurer la sécurité alimentaire, il est essentiel que les gouvernements et l’industrie collaborent afin que suffisamment de gens aient les compétences nécessaires pour travailler en agriculture. Il s’agit de former les Canadiens intéressés n’ayant pas d’expérience en agriculture, issus de milieux urbains non agricoles, tout en veillant à ce que la formation soit accessible à ceux qui vivent dans des régions rurales et éloignées.

Il reste à voir si les changements qu’entraîne la flambée de COVID-19 se poursuivront une fois que la situation se résorbera. Quelle sera la nouvelle normale pour les Canadiens? La sécurité de notre approvisionnement alimentaire et les gens qui produisent notre nourriture continueront-ils de susciter l’intérêt? Peut-être cesserons-nous au moins de tenir nos œufs et notre farine pour acquis.

Capture

Debra Hauer est gestionnaire à AgriIMT, le programme d’information sur le marché du travail du Conseil canadien pour les ressources humaines en agriculture.

hauer@cahrc-ccrha.ca

Laissez un commentaire