Skip to content

Trouver leur chemin : ce que veulent les jeunes ni en emploi, ni aux études, ni en formation (NEEF)

Rapport de perspectives de l’IMT n° 17

Août 2019

Accueil > Perspectives de l’IMT > Rapport de perspectives de l’IMT n° 17, Trouver leur chemin : ce que veulent les jeunes ni en emploi, ni aux études, ni en formation (NEEF)

Table des matières

Principales constatations

  • La plupart des Canadiens âgés de 16 à 29 ans qui ne sont ni en emploi, ni aux études, ni en formation (NEEF) sont généralement en transition alors qu’ils cherchent du travail ou attendent que l’école commence.
  • Un jeune NEEF sur cinq veut savoir quelle carrière poursuivre au cours des 12 prochains mois. Pour ce faire, ces jeunes recherchent principalement de l’information sur le marché du travail concernant les exigences d’emploi, les salaires et les avantages sociaux.
  • Le manque d’expérience et l’absence de possibilités d’emploi dans leur région constituent les principaux défis auxquels les jeunes NEEF sont confrontés pour trouver un emploi convenable.
  • Les obligations familiales expliquent pourquoi près d’un tiers des femmes âgées de 16 à 29 ans (32 %) sont NEEF comparativement à 5 % des hommes.

Introduction

Le Canada possède l’une des mains-d’œuvre les plus scolarisées au monde et se classe régulièrement au premier rang des pays les plus industrialisés pour ce qui est de la proportion de sa population détenant un diplôme collégial ou universitaire. En même temps, le marché du travail canadien a été particulièrement robuste ces dernières années. Avec plus de 68 % des jeunes de 16 à 29 ans qui occupent un emploi,1 le taux d’emploi des jeunes au Canada est à son plus haut niveau en une décennie. Entre-temps, 21 % des Canadiens de ce groupe d’âge sont inscrits à un programme d’études postsecondaires — le taux d’inscription le plus élevé depuis 2009.

Encadré 1 : Définition des jeunes NEEF

Les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publient des données sur ce segment de la population depuis la fin des années 1990. L’OCDE et Statistique Canada définissent les jeunes NEEF comme «la proportion de jeunes [généralement âgés de 15 à 29 ans] qui ne sont ni en emploi, ni aux études, ni en formation (NEEF), en pourcentage du nombre total de jeunes dans le groupe d’âge correspondant, par sexe». Selon cette définition, les jeunes NEEF peuvent être au chômage ou ne pas faire partie de la population active.

Ces statistiques optimistes éclipsent le fait que, selon Statistique Canada, environ 11 % des Canadiens âgés de 15 à 29 ans n’ont pas d’emploi, ne suivent pas d’études ni de formation (NEEF) (encadré 1). Les jeunes de cette catégorie pourraient avoir de la difficulté à entrer sur le marché du travail pour la première fois ou à trouver un emploi stable. Certains se sont peut-être découragés et ont cessé de chercher un emploi. Pour mieux comprendre les défis auxquels ils font face, le CIMT a interrogé de jeunes NEEF sur la façon dont ils utilisent l’information sur le marché du travail (IMT) et dont ils évaluent l’IMT au Canada. (Voir l’encadré 2 pour plus de détails sur la façon dont l’enquête a été menée.)

Que pensent les jeunes NEEF de l’information sur le marché du travail?

Comme dans le cas des autres groupes que nous avons sondé, une grande partie de jeunes NEEF ont déclaré qu’il n’est pas facile de trouver et de comprendre l’information sur le marché du travail. Moins de la moitié (46 %) ont dit que l’IMT est facile à trouver, et seulement 58 % ont dit qu’elle est facile à comprendre. Bien qu’un sous-ensemble important de jeunes NEEF puisse avoir de la difficulté à trouver ou à comprendre l’IMT, ils ne sont pas les seuls, car d’autres jeunes Canadiens que nous avons interrogés, comme les étudiants actuels et les nouveaux diplômés, semblent également avoir des défis semblables. Fait plus encourageant, 91 % des 300 jeunes NEEF interrogés ont déclaré qu’il est important pour eux d’utiliser l’information sur le marché du travail lorsqu’ils prennent des décisions importantes en matière de carrière et d’éducation. Il s’agit d’une valeur légèrement supérieure à celle de l’ensemble de la population canadienne dans la même catégorie d’âge (88 %).

Toutefois, les résultats variaient quelque peu avec l’âge. Par exemple, alors que 41 % des répondants âgés de 16 à 24 ans ont dit que l’IMT était facile à trouver et 51 % ont dit qu’elle était facile à comprendre, ces chiffres étaient de 57 % et 69 %, respectivement, pour les répondants âgés de 25 à 29 ans. De même, 96 % des personnes de ce dernier groupe d’âge ont dit qu’il est important de connaître le marché du travail avant de faire des choix de vie, alors que seulement 88 % des personnes de 16 à 24 ans ont répondu la même chose.

Encadré 2 : Méthodologie

Nous avons mené un sondage en ligne sur la façon dont les jeunes NEEF utilisent et évaluent l’information sur le marché du travail. L’échantillon se limitait aux résidents canadiens âgés de 16 à 29 ans qui n’étaient pas actuellement employés ou inscrits dans une école (p. ex. école secondaire, cégep, collège, université, etc.) ou un programme de formation à long terme (p. ex. apprentissage ou autre programme officiel de certification). Les Canadiens âgés de 15 ans ont été exclus de l’échantillon en raison de la réglementation relative au consentement.

En raison de la faible incidence des jeunes NEEF dans la population canadienne de ce groupe d’âge (14 %), le plan d’échantillonnage n’a pas appliqué de quotas pour assurer la représentativité par âge, région ou sexe. Bien que nous ayons cherché à sonder les jeunes NEEF de chaque province et territoire, aucun des répondants ne résidait à l’Île-du-Prince-Édouard, au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest ou au Nunavut.

Au total, 300 répondants ont répondu au sondage en ligne entre le 9 et le 20 mai 2019. Après avoir recueilli les données, nous les avons pondérées selon l’âge, le sexe et la région afin de reproduire la répartition de la population canadienne telle qu’elle apparaît dans le recensement canadien de 2016.

La précision des sondages en ligne est mesurée à l’aide d’intervalles de crédibilité. Dans ce cas, les résultats sont précis à +/- 6,5 points de pourcentage près. Les intervalles de crédibilité sont plus larges parmi les sous-ensembles de la population.

Près de la moitié des jeunes NEEF prévoient retourner au travail, aux études ou suivre une formation

Les résultats suggèrent que 47 % des jeunes NEEF interrogés prévoient retourner au travail, aux études ou suivre une formation.2 Cela signifie que pour les jeunes Canadiens, le fait de ne pas avoir d’emploi, ne pas être à l’école ni dans un programme de formation est habituellement une situation «intermédiaire». En effet, lorsqu’on les interroge sur leur situation personnelle, environ 30 % des jeunes répondants NEEF ont dit qu’ils cherchaient un emploi, tandis que 6 % ont dit qu’ils attendaient que l’école commence.

Environ la moitié des jeunes NEEF interrogés (47 %) espèrent trouver un emploi intéressant au cours des 12 prochains mois.3 Bien sûr, trouver un emploi lorsque vous êtes au chômage est toujours un défi, et d’autant plus lorsque vous manquez d’expérience. En particulier, plus du quart (27 %) des répondants ont déclaré que leur manque d’expérience constitue un obstacle important à la recherche d’un emploi (figure 1). Pourtant, dans de nombreux cas, le marché du travail local lui-même représente un défi important : 21 % des jeunes NEEF ont déclaré qu’il n’y avait pas de perspectives d’emploi décentes dans leur région.

Figure 1. Les jeunes NEEF sont confrontés à de nombreux défis.

Les 5 principaux défis auxquels sont confrontés les jeunes NEEF lorsqu’ils cherchent un emploi, des études ou des possibilités de formation (% des répondants)

Les jeunes NEEF ont souvent identifié les problèmes de santé physique et mentale comme des obstacles à la recherche d’un emploi ou de possibilités de formation. Parmi les personnes interrogées, 22 % ont déclaré que les problèmes de santé mentale représentent un défi important, tandis que 12 % ont identifié les problèmes de santé physique comme un obstacle. Ces résultats s’appuient sur des recherches récentes (en anglais seulement) qui montrent que les jeunes NEEF au Canada sont surreprésentés parmi ceux qui ont besoin de l’aide sociale. De telles recherches montrent également que les jeunes NEEF sont plus susceptibles de faire face à de multiples problèmes qui se chevauchent, comme l’abus de substances et les traumatismes passés. Lorsqu’on s’efforce d’améliorer l’accès à l’information sur le marché du travail pour les jeunes NEEF, il est important de garder à l’esprit la proportion élevée de jeunes à risque dans ce groupe et de collaborer avec les fournisseurs de services sociaux.

Dans les résultats de notre enquête, les femmes représentaient environ la moitié de la population NEEF âgée de 16 à 29 ans, mais elles étaient surreprésentées chez les jeunes NEEF plus âgés, c’est-à-dire les jeunes âgés de 25 à 29 ans (dont 58 % étaient des femmes). Dans ce groupe NEEF plus âgé, 46 % des femmes ne sont pas sur le marché du travail parce qu’elles s’occupent d’un enfant ou d’un membre de leur famille. Dans l’ensemble, près d’un tiers (32 %) des femmes NEEF ne sont pas sur le marché du travail en raison de leurs obligations familiales. Comme le montre la figure 2, il s’agit d’un contraste frappant avec les hommes NEEF, dont moins de 5 % vivent cette même situation. La raison la plus courante pour laquelle les hommes entrent dans la catégorie NEEF est qu’ils cherchent du travail. Ces résultats concordent avec les recherches récentes menées par Statistique Canada.

Figure 2. Les hommes et les femmes ont des raisons différentes d’être NEEF

Principale activité des jeunes ni en emploi, ni aux études, ni en formation selon le sexe (% des répondants)

La situation des jeunes NEEF varie aussi beaucoup selon leur niveau de scolarité : 41 % des diplômés universitaires sont à la recherche d’un emploi, tandis que 26 % de ceux qui ont un diplôme d’études secondaires ou moins en recherchent un. Ce qui est plus préoccupant, c’est que ce dernier groupe ne cherche pas non plus à obtenir une formation ou une éducation supplémentaire. Seulement 9 % ont dit qu’ils attendaient le début des classes

Trouver leur chemin

La plupart des jeunes NEEF veulent simplement un emploi qui leur convient. Vingt pour cent des répondants ont déclaré que leur principal objectif au cours des 12 prochains mois est de déterminer quelle carrière poursuivre. Pour ce faire, ils devront tenir compte d’un certain nombre de facteurs. Les répondants au sondage ont identifié certaines de ces questions lorsqu’on leur a demandé quelles questions ils avaient, le cas échéant, au sujet des emplois et des carrières (figure 3). La question la plus fréquente qu’ils ont posée était : «Quel emploi me convient le mieux?» (42 %). Ils voulaient aussi savoir comment leur propre expérience pourrait les aider à trouver un emploi approprié (34 %), quel serait leur salaire (34 %), quels avantages sociaux étaient offerts par les employeurs (31 %) et quelles études et expériences étaient requises pour certains emplois (29 %).

De telles considérations étaient également les types d’IMT les plus couramment cités dont les jeunes NEEF interrogés ont dit avoir besoin (figure 2). (Il s’agit également des types d’IMT les plus fréquemment cités par d’autres groupes d’utilisateurs, comme nous l’avons indiqué dans Perspectives de l’IMT no 8 et dans notre Tableau de bord de l’IMT – Principaux résultats) Bien que les types de données recherchés par les divers groupes d’utilisateurs soient assez semblables, le défi consiste à fournir cette information aux jeunes NEEF et à d’autres groupes sous-représentés sous une\ format facilement assimilable qui les aide à prendre des décisions éclairées sur leur éducation et leur carrière.

Figure 3. Bon nombre de jeunes NEEF ne savent pas quelle carrière ils veulent poursuivre

Cinq principales questions des jeunes NEEF sur les emplois et les carrières (% des répondants)

Remarque : Les données originales et les questions du sondage peuvent être téléchargées à partir de notre tableau de bord des principaux résultats de l’IMT.

La voie à suivre

Un jeune Canadien sur neuf est ni en emploi, ni aux études, ni en formation (NEEF), ce qui représente un groupe sous-représenté important sur le marché du travail canadien. Nous avons sondé 300 jeunes NEEF pour en savoir plus sur l’information sur le marché du travail qui, le cas échéant, les aiderait le plus à prendre des décisions éclairées.

Les résultats de notre sondage sont présentés ci-dessus, mais vous pouvez explorer les résultats plus en détail dans notre Tableau de bord interactif de l’IMT. Cet outil vous permet de vous pencher sur les besoins et les défis identifiés par les jeunes NEEF ainsi que sur leur évaluation de l’information sur le marché du travail. Vous pouvez également comparer ces résultats avec ceux de sept autres enquêtes menées auprès d’autres groupes, dont les Canadiens ayant un emploi ou non, les personnes handicapées, les immigrants récents, les nouveaux diplômés, les étudiants et les parents.

Notre sondage fournit d’autres preuves que de nombreux jeunes NEEF sont en transition — à la recherche d’un emploi ou en attente de commencer l’école. Cependant, un tiers sont des femmes qui s’occupent d’un parent ou d’un enfant. Nous avons également constaté que de nombreux jeunes NEEF sont simplement à la recherche d’un emploi qui leur convient, en fonction non seulement des exigences du poste, mais aussi de leur expérience et de leurs attentes en matière de rémunération. Cela donne à penser que l’information sur le marché du travail peut aider les jeunes NEEF à prendre des décisions éclairées en priorisant des données détaillées (c’est-àdire locales, granulaires) qui sont correctement contextualisées en fonction des besoins et des intérêts particuliers des individus pour les aider à faire la transition vers le marché du travail, les études ou la formation. Au CIMT, nous travaillons déjà à fournir les données les plus localisées et granulaires possibles. Cependant pour mettre ces données en contexte, nous chercherons à collaborer avec les fournisseurs de services d’emplois, les réseaux jeunesse et, dans certains cas, les travailleurs de soutien social, qui sont en première ligne pour aider les jeunes NEEF à prendre les meilleures décisions pour eux-mêmes.

Jetez un coup d’œil aux publications des Perspectives de l’IMT concernant la recherche sur l’opinion publique du CIMT pour en apprendre davantage sur ces défis :

Essayez notre Tableau de bord de l’IMT pour visualiser les résultats de manière interactive.

Restez en contact avec le CIMT grâce à LinkedIn et Twitter pour en savoir plus sur les résultats de notre sondage d’opinion publique.

Remerciements

Ce numéro de Perspectives de l’IMT a été préparé par David Goulet du CIMT. Pour de plus amples renseignements sur ce numéro ou sur d’autres activités du CIMT, veuillez consulter notre page Publications ou communiquer avec David Goulet ou Tony Bonen, directeur, Recherche, données et analyse.

Consultez le tableau de bord de l’enquête et les publications précédentes des Perspectives de l’IMT qui traitent des besoins, des défis et des difficultés liés à la recherche d’information sur le marché du travail. D’autres résultats seront disponibles au fur et à mesure que les analyses seront complétées.

Notes de fin

  1. Les calculs du CIMT sont fondés sur les données de l’Enquête sur la population active de 2018. Voir l’encadré 1 pour plus de détails.
  2. Comprend ceux qui ont décrit leur activité principale comme suit : « Je cherche un emploi », « J’ai un emploi qui commencera plus tard», « J’attends que l’école commence »ou « Je fais une pause entre l’école et le travail »
  3. Un emploi valable représente ceux qui ont répondu qu’au cours des 12 prochains mois, ils espèrent « trouver un emploi stable », « trouver un emploi que j’aime » ou « trouver un emploi bien rémunéré ».

Inscrivez-vous à notre infolettre

Nous contacter

Pour toute question ou commentaire, contactez-nous et nous vous répondrons dans les plus brefs délais

613-695-0699

410, avenue Laurier Ouest,
bureau 410
Ottawa, Ontario K1R 1B7

Demandes des médias :
communciations@lmic-cimt.ca
Veuillez entrer votre nom.
Veuillez entrer un message.
Veuillez vérifier le captcha pour prouver que vous n'êtes pas un robot.