Skip to content

Cartographie des compétences professionnelles : Mise en correspondance du système étatsunien (O*NET) et canadien (CNP)

Rapport de perspectives de l’IMT n° 35
Septembre 2020

Accueil > Perspectives de l’IMT > Rapport de perspectives de l’IMT n° 35, Cartographie des compétences professionnelles : Mise en correspondance du système étatsunien (O*NET) et canadien (CNP)

Table des matières

Principaux constats

  • Comme l’explique le Rapport de perspectives de l’IMT no 31, le système O*NET mis au point par le bureau des statistiques du travail des États-Unis contient l’une des taxonomies des compétences et des capacités les plus utilisées à l’heure actuelle. L’indice des compétences de près de 1000 professions est particulièrement utile dans plusieurs champs d’activité, notamment pour éclairer la nouvelle taxonomie d’EDSC, Taxonomie des compétences et des capacités.
  • Pour exploiter l’information contenue dans O*NET, il faut établir une concordance (ou un recoupement, une correspondance) complète, rigoureuse et validée entre la Classification nationale des professions (CNP) du Canada et la classification type des professions (CTP) des États-Unis liée à O*NET.
  • Statistique Canada et EDSC ont collaboré à l'élaboration de deux concordances : d’une part, la mise en correspondance de la Classification nationale des professions (CNP à 4 chiffres) canadienne avec la Standard Occupational Classification (SOC à 6 chiffres) étatsunienne, afin d’élaborer des indicateurs statistiques; d’autre part, la mise en correspondance du Guide sur les carrières (CNP à 5 chiffres) avec O*NET-CT (à 8 chiffres) pour créer des profils professionnels sous l’angle des compétences.
  • Dans O*NET, il arrive que le profil de compétences d’une profession étatsunienne s'applique à plusieurs professions canadiennes; dans d'autres, plusieurs profils O*NET s'appliquent à une profession canadienne; et pour 62 professions canadiennes du niveau à 5 chiffres (représentant 10 % de l'emploi total), un écart subsiste dans notre capacité à faire correspondre les données d’O*NET relatives aux compétences.

Introduction

Emploi et Développement social Canada (EDSC), Statistique Canada (SC) et le Conseil de l’information sur le marché du travail (CIMT) se penchent sur la possibilité d’utiliser l’Occupational Information Network (O*NET) étatsunien pour relier les caractéristiques des emplois (travailleurs), par exemple, l’importance des compétences et le niveau de compétences, aux emplois canadiens. Avec ses solides bases théoriques et empiriques et la similitude entre les systèmes économiques canadien et américain, O*NET est une source crédible de données professionnelles pour le marché du travail canadien.

Étant donné que la base de données O*NET classe les professions autrement qu'au Canada, pour utiliser O*NET, il faut établir une correspondance d'une classification à l'autre. Ceci est réalisé à l’aide d’un exercice appelé « concordance »” (parfois appelée « recoupement » ou « correspondance »). Dans ce présent rapport de perspectives de l’IMT, nous présentons les premières concordances accessibles au public et transparentes sur le plan méthodologique, qui établissent une correspondance entre les données d'O*NET et les professions canadiennes afin de créer des profils professionnels détaillés comprenant de l’information sur les compétences. En plus de présenter ces concordances de façon ouverte et transparente, nous formulons certaines considérations, notamment pour dégager des aperçus liés aux compétences.

Information

En 2019, le CIMT, ST et EDSC ont commencé à évaluer les différentes approches permettant de relier les compétences aux professions. La première étape de ce processus a été la publication de la Taxonomie des compétences et des capacités, un dictionnaire de plus de 280 descripteurs de compétences, de connaissances et d'aptitudes, qui approfondit le niveau de détail, fournit une terminologie cohérente et améliore la communication des informations sur les professions au Canada. En élaborant cette taxonomie, EDSC a mis au point une série de principes méthodologiques pour étayer l’élaboration des descripteurs :

  1. Les définitions doivent être mutuellement exclusives
  2. Un seul concept par descripteur
  3. Les définitions doivent s'appliquer dans des contextes variés tout en ayant une signification spécifique
  4. Les descripteurs doivent être mesurables afin de faire l’objet d’évaluations

Alors que nous évaluons les différentes approches qui permettraient de tirer parti de cette taxonomie des compétences et des capacités, le système étatsunien O*NET nous semble être une source d’inspiration évidente. En effet, au Canada, divers organismes gouvernementaux et non gouvernementaux — RBC, le Brookfield Institute for Innovation and Entrepreneurship, et le ministère de l'Enseignement supérieur de la Colombie-Britannique — ont établi des concordances entre le Système étatsunien de classification des professions (SOC) et la Classification nationale des professions (CNP) Canada pour évaluer les compétences et les capacités des différents segments du marché du travail canadien. Toutefois, ces concordances n'ont pas la granularité et la spécificité nécessaires pour exploiter toute l'étendue des données O*NET et créer des descriptions professionnelles détaillées.

Le défi est le suivant : pour la plupart des professions, il n'y a pas de correspondance précise entre la CNP canadienne et le SOC américain sur lequel se base O*NET. Par exemple, dans le système étatsunien, il existe trois profils de compétences différents pour les mathématiciens (SOC 15-2021), les statisticiens (SOC 15-2041) et les actuaires (SOC 15-2011). Or, dans la CNP canadienne, il s’agit d’une seule et même profession (CNP 2161). Par conséquent, les concordances précédentes ne portaient que sur les professions ayant fait l'objet d'une correspondance individuelle précise. En outre, ces concordances sont souvent exclusives - avec peu d'informations ou d'explications sur la manière dont elles ont été construites – ce qui empêche autrui de les utiliser ou limite toute analyse de l'approche adoptée.

Différences structurelles entre la CNP et le SOC

Pour apprécier la nécessité d'une concordance plus granulaire, nous devons comprendre ce qui distingue le Canada des États-Unis dans la manière dont ils structurent les professions. Si les objectifs du SOC et de la CNP sont semblables, il reste que ces deux systèmes se distinguent nettement par leur structure et l’information saisie dans les profils professionnels. En ce qui concerne les données statistiques (p. ex., le nombre de personnes employées ou le salaire moyen), le SOC (États-Unis) contient 867 classifications à 6 chiffres, alors que la CNP (Canada) compte 500 classifications à 4 chiffres. Les deux systèmes regroupent les professions selon une hiérarchie à 4 niveaux (voir le tableau 1). Malgré le nombre réduit de catégories, la CNP contient plus de détails sur les professions que le SOC. Par exemple, chaque profession spécifiée dans la CNP est accompagnée d'exemples de titres de postes, de fonctions principales, d'exigences en matière d'emploi et de considérations relatives aux permis et à la réglementation par province et territoire.

Les deux systèmes, la CNP et le SOC, ont été étendus pour créer des groupes professionnels supplémentaires plus détaillés et plus granulaires. Au Canada, le Guide sur les carrières fournit, entre autres, de l’information sur les caractéristiques du travail, les aptitudes, les intérêts, les activités physiques et les conditions environnementales, pour 939 catégories de la CNP au niveau à 5 chiffres. La CNP, par exemple, comprend une profession pour les mathématiciens, les statisticiens et les actuaires (CNP 2161). Le Guide sur les carrières décompose cette catégorie pour créer trois professions distinctes au niveau à 5 chiffres : Mathématiciens (2161.1), statisticiens (2161.2), et actuaires (2161.3). Le Guide sur les carrières balise le système de la CNP et associe certaines caractéristiques de travail aux professions détaillées.

De même, le système O*NET étend le SOC standard à 6 chiffres à une classification O*NET-SOC à 8 chiffres, faisant passer le nombre de catégories professionnelles de 867 à 974. Les informations disponibles dans le système O*NET vont toutefois au-delà du Guide des carrières, car elles apportent des précisions sur les caractéristiques des travailleurs - p. ex., les conditions d'entrée, les activités professionnelles, les valeurs et les styles de travail, les connaissances, les compétences et les capacités. Pour établir un lien entre les compétences et les professions dans le contexte canadien, on part d'une concordance détaillée et rigoureuse entre le niveau à 5 chiffres de la CNP canadienne et les compétences et informations connexes dans le niveau à 8 chiffres d’O*NET.

Tableau 1 : Système canadien (CNP) par rapport au système étatsunien (SOC)

Professions aux États-Unis (SOC) Professions au Canada (CNP)
Structure statistique •       23 grands groupes (2 chiffres)

•       98 sous-groupes (3 chiffres)

•       459 grandes catégories professionnelles (4 chiffres)

•       867 professions détaillées (6 chiffres)

•       10 catégories professionnelles générales (1 chiffre)

•       40 grands groupes (2 chiffres)

•       140 sous-groupes (3 chiffres)

•       500 groupes de base (4 chiffres)

Extension non statistique O*NET Guide sur les carrières
Description 974 profils professionnels (à 8 chiffres) couvrant les compétences, les tâches, les capacités, les intérêts, les connaissances, les activités professionnelles, le contexte de travail, les valeurs professionnelles, l'éducation et les diplômes, les outils et la technologie.

 

Les compétences sont liées aux professions par une cote d'importance et une cote de complexité.

939 (5 chiffres) profils professionnels couvrant les aptitudes, les intérêts, les données, les personnes, les choses, les activités physiques et les conditions environnementales.
Information fournie Déclaration principale et exemples de titres Déclaration principale, exemples de titres, fonctions principales, exigences d'emploi, exclusions, informations complémentaires (par exemple, mobilité, progression de carrière)

 

Établir une concordance

Pour surmonter ces limites et exploiter les données disponibles dans la base de données O*NET, EDSC et Statistique Canada ont travaillé ensemble pour établir deux concordances distinctes, mais complémentaires : une pour les indicateurs statistiques (Statistique Canada) et l’autre pour les profils professionnels (EDSC).

Fondement statistique : La concordance de Statistique Canada

Statistique Canada a élaboré un tableau de correspondance entre la CNP 2016 et le SOC 2018. Pour cette table de correspondance, une analyse des professions a été réalisée pour la CNP 2016 au niveau à 4 chiffres (descriptions détaillées), et pour la SOC 2018 (États-Unis) au niveau à 6 chiffres. Cette table a été élaborée conformément aux normes internationales pour une concordance définitionnelle entre deux classifications. Le tableau présente notamment chaque profession de la CNP 2016 et le SOC 2018. En outre, le tableau décrit tout chevauchement entre les deux systèmes lorsque des correspondances de « un à plusieurs » et de « plusieurs à un » sont cernées.

Ce tableau de correspondance, qui cerne et normalise la relation entre les systèmes canadien et étatsunien de classification des professions, est essentiel pour tirer parti du système O*NET afin d'obtenir des données sur les compétences canadiennes. En effet, EDSC a utilisé la concordance de Statistique Canada comme base de ses propres profils professionnels.

 

Tirer parti des connaissances liées aux compétences : La concordance d’EDSC

La première étape de la création de la concordance d’EDSC a consisté à cerner des catégories professionnelles équivalentes en comparant les éléments communs du SOC et de la CNP - généralement les titres de postes et les principales fonctions. Par exemple, certaines professions reconnues au niveau international nécessitent des certifications officielles (par exemple, chimiste, dentiste, comptable, plombier, etc.).  Dans ces cas, le titre de la profession est le principal critère permettant de relier les 8 chiffres du SOC aux 5 chiffres de la CNP. Dans d'autres cas, une concordance entre la CNP et le SOC a été établie même si les tâches dans O*NET n'étaient pas toutes reflétées dans les principales fonctions de la CNP. Par exemple, une concordance « un à un » a été établie entre les examinateurs et inspecteurs financiers (CNP 1114.2) et les examinateurs financiers (O*NET-SOC 13-2061.00), et ce, malgré les informations limitées fournies dans le profil canadien.

Lorsque le titre du poste ou les fonctions principales ne suffisaient pas, on parvenait à une compréhension commune des professions à l’aide des tâches décrites dans O*NET. Par exemple, les gardiens/gardiennes d’enfants (CNP 4411.1) et les journalistes (CNP 5123.0) étaient associés respectivement aux nourrices (O*NET-SOC 39-9011.01) et aux reporteurs et correspondants (O*NET-SOC 27-3022.00).

En conséquence, 342 des 939 catégories à 5 chiffres de la CNP ont été associées à un code à 8 chiffres du système O*NET-SOC. Comme le montre le tableau 2, cela représente 36 % de toutes les catégories professionnelles, soit environ 45 % de la main-d'œuvre. Les deux tiers des professions de la CNP restent donc sans correspondance de « un à un ». Parmi celles-ci, 135 professions de la CNP (14 %) sont associées à plusieurs professions d’O*NET-SOC, et dans 400 cas (43 %), plusieurs professions de la CNP sont associées à au moins une profession d’O*NET-SOC. On traite ci-dessous de la manière dont ces importants cas de relation « un à plusieurs » et « plusieurs à un » ont été déterminés.

Enfin, pour 62 professions à 5 chiffres de la CNP, il n'y a pas d'équivalent clair dans le SOC, ce qui représente 7 % de toutes les professions à 5 chiffres de la CNP, soit environ 10 % de la main-d'œuvre. Des travaux sont en cours pour lier avec exactitude aux codes du SOC les professions de la CNP qui sont pour l’instant sans concordance.

Tableau 2 : Aperçu de la concordance établie par EDSC

Type de concordance % des professions couvertes Nbre des professions couvertes % des professions couvertes
Relation de « un à un » 36 342 45
Relation de « un (SOC) à plusieurs (CPN) » 43 400 25
Relation de « plusieurs (SOC) à un (CNP) » 14 135 20
Concordance pas encore établie 7 62 10
Total 100 939 100

 

*Estimations basées sur le recensement de 2016

Note : Cette concordance est basée sur la structure actuelle de la CNP-2016 ; ainsi, le nombre de profils professionnels peut changer lors de la prochaine révision (CNP-2021).

Relation de « un à plusieurs »

Dans les 400 cas où un code O*NET-SOC correspond à plusieurs codes à 5 chiffres de la CNP, le profil de compétences de l'unique code SOC en question a été appliqué de manière cohérente aux nombreux codes concernés de la CNP. Par la suite, pour chaque CNP en question, un expert de l'industrie a examiné le profil de compétences pour s'assurer qu'il s’agissait d’une correspondance raisonnable.

 

Relation de « plusieurs à un »

Dans les cas où plusieurs professions d’O*NET correspondent à une profession de la CNP, nous avons exploré plusieurs approches. Tout d'abord, nous avons examiné si une moyenne pondérée des différents profils de compétences pouvait s'appliquer à la CNP sur la base des données étatsuniennes sur l'emploi par profession. Cependant, après un examen systématique, les différences dans la façon dont les statistiques sur l'emploi sont recueillies étaient trop importantes pour que cela fonctionne. Nous avons plutôt examiné ces inadéquations au cas par cas. Seuls les codes O*NET-SOC ayant des liens étroits avec un seul code de la CNP ont été retenus dans la liste potentielle.

En choisissant parmi les nombreuses professions à 8 chiffres d’O*NET-SOC, nous avons opté pour les tâches qui ressemblaient le plus à l’élément en question de la CNP. Dans certains cas, la relation de plusieurs à un persistait. Dans ces cas, la moyenne des profils de compétences du SOC a été appliquée à la CNP1.

Enfin, dans les quelques cas où aucune correspondance immédiate n'a été cernée, des travaux sont en cours pour étudier la meilleure façon de combler cet écart.

La voie à suivre

Ces concordances — ainsi que nos deux derniers Rapports de perspectives de l’IMT traitant des avantages et des limites d’O*NET dans le contexte canadien (no 31) et des enseignements sur les compétences tirés des offres d’emploi en ligne (no 32) — permettront à nos partenaires de générer des informations, des conclusions et des données sur les compétences au Canada, et d’y accéder. La publication de ces concordances est également l'occasion de valider nos méthodes dans leur élaboration.

Notre objectif reste de mettre au point un système pancanadien qui relie les compétences aux professions, ce qui contribuera à révéler la nature changeante des emplois. L'élaboration de profils de compétences pour les professions canadiennes est l'une des priorités du projet de système d’information sur les professions et les compétences (OaSIS) d’EDSC. Le meilleur moyen d’établir des profils de compétences canadiens publiables dans un délai raisonnable consiste à puiser dans des sources exhaustives de données professionnelles existantes (comme la base de données O*NET, dont l’information est adaptée au contexte canadien).

OaSIS obéit à une série de principes et de lignes directrices, en l’occurrence : 1) s'assurer que chaque profil professionnel élaboré respecte la taxonomie des compétences; 2) élaborer un nouveau guide de notation canadien pour mesurer et évaluer les descripteurs de compétences et adapter les données d'O*NET au contexte du marché du travail canadien; 3) informer et tenir à jour les profils par l'intermédiaire d'un réseau de parties prenantes, y compris celles qui participent à d'autres initiatives nationales liées aux compétences.

Ces travaux doivent en fin de compte aider les Canadiens à prendre des décisions plus éclairées en utilisant les catégories de compétences, les descriptions, les indicateurs et autres informations professionnelles. À cette fin, plus tard cette année, nous évaluerons si le fait de sonder directement les employeurs concernant leurs besoins en compétences pourrait servir de complément aux méthodes évaluées jusqu'à présent. De plus, nous examinerons la situation et les pratiques exemplaires à l’échelle internationale et leur influence potentielle sur le développement de l'OaSIS.

Remerciements

Le présent Rapport de perspectives de l’IMT a été préparé par du personnel du Conseil de l’information sur le marché du travail, de Statistique canada (Centre de l’information sur le marché du travail) et d’Emploi et Développement social Canada (direction de l’Information sur le marché du travail).

Vos commentaires sont les bienvenus. Nous vous invitons à nous faire part de vos commentaires ou de vos opinions sur la meilleure façon d'aborder notre travail de mise en correspondance des compétences et des professions en nous envoyant un courriel à info@lmic-cimt.ca.

End Notes

  1. EDSC est en train d’analyser l’incidence qu’aurait le fait d’accorder plus de poids au profil de compétences du SOC qui concorde mieux.

Sign up for Our Newsletter

Nous contacter

Pour toute question ou commentaire, contactez-nous et nous vous répondrons dans les plus brefs délais

613-695-0699

410, avenue Laurier Ouest,
bureau 410
Ottawa, Ontario K1R 1B7

Demandes des médias :
nadine.purdy@lmic-cimt.ca
Veuillez entrer votre nom.
Veuillez entrer un message.
Veuillez vérifier le captcha pour prouver que vous n'êtes pas un robot.