Skip to content

Discussions avec des étudiants : les perspectives d’emploi qu’ils veulent

Rapport de perspectives de l’IMT n° 27

Février 2020

Accueil > Perspectives de l’IMT > Rapport de perspectives de l’IMT n° 27, Discussions avec des étudiants : les perspectives d’emploi qu’ils veulent

Table des matières

Principaux constats

  • Au moyen d’une série de discussions approfondies avec de jeunes Canadiens en transition entre l’école secondaire et l’éducation postsecondaire (EPS), nous avons cherché à mieux comprendre le type d’information sur les futures possibilités d’emplois dont ils ont besoin pour confirmer leur décision de poursuivre des études postsecondaires et les aider à choisir un programme et un parcours professionnel.
  • Les étudiants veulent des prévisions sur les futures offres d’emploi qui pourront les aider à cibler les emplois potentiels dans la profession de leur choix et à comprendre le niveau de compétition auquel ils pourraient s’attendre à leur entrée sur le marché du travail.
  • À l’examen de données concernant les futures offres d’emploi par profession, lieu, secteur d’activité et formation, les étudiants préféraient d’abord des informations plus détaillées sur les professions, puis, en deuxième position, sur les offres d’emploi par lieu.
  • Les étudiants préfèrent recevoir des données sur le nombre prévu de nouveaux emplois à laquelle ils comptent obtenir leur diplôme d’études postsecondaires, soit dans un délai de deux ans pour les étudiants de programmes de deux ans et de cinq ans pour les programmes de quatre ans.
  • Lorsqu’on leur présente trois formats populaires de perspectives professionnelles, les étudiants préfèrent une liste détaillée avec un grand nombre de variables et d’observations.

Introduction

Le Conseil de l’information sur le marché du travail (CIMT) s’est associé à Refresh Market Research afin de mener une étude qualitative en ligne auprès des étudiants de première année collégiale et universitaire. Nous avons parlé à 35 jeunes Canadiens pour apprendre pourquoi ils décident de poursuivre des études postsecondaires et comment ils choisissent leur domaine d’études et leur établissement. Les questions servaient à cerner les types d’information sur le marché du travail (IMT) qui pourraient être utiles pour prendre ces décisions. Le groupe a discuté de trois types d’IMT : les perspectives d’emploi, les compétences et les salaires. Le présent Rapport de perspectives de l’IMT porte sur les perspectives d’emploi et la façon dont elles peuvent aider les étudiants à prendre des décisions éclairées concernant leurs parcours postsecondaire et professionnel. Les perspectives d’emploi ou perspectives professionnelles estiment le nombre et la composition des futures offres d’emploi, y compris les nouveaux postes qui seront créés et ceux qui deviendront vacants lorsque les travailleurs actuels quitteront le marché du travail.

Cette initiative s’appuie sur les résultats de l'étude d’opinion publique précédemment menée par le CIMT auprès de neuf groupes de Canadiens. Le sondage sur les étudiants avait révélé que les futures offres d’emploi figuraient parmi les cinq types d’IMT les plus recherchés. L’étude qualitative visait à déterminer pourquoi ce type d’IMT est utile et comment les fournisseurs d’IMT peuvent mieux structurer cette information afin de soutenir la prise de décision des étudiants de première année (voir l’encadré 1).

Pour cette étude, nous avons mené des discussions avec des étudiants, du 23 au 25 mai 2019, sur un forum en ligne. Avant les discussions, les participants avaient des exercices à faire pour stimuler leur réflexion sur leur parcours scolaire (depuis le moment où ils ont envisagé une carrière jusqu’au choix de leur domaine d’études et à leur inscription dans un établissement postsecondaire). Trente-cinq personnes de 17 à 20 ans ont été sélectionnées. Dix d’entre elles étaient en train de terminer leur secondaire au printemps 2019 et avaient été acceptées à un programme d’EPS pour l’automne. Les 25 autres avaient terminé leur première année d’éducation postsecondaire au printemps 2019. Deux des participants prévoyaient suivre ou suivaient un programme collégial technique ou professionnel, cinq un programme de collège communautaire, et les 28 autres, un programme universitaire — une distribution représentative des taux de participation canadiens en éducation postsecondaire.1

Chaque participant a contribué à la discussion pendant environ une heure ou plus chaque jour, pendant trois jours. Dans ce rapport, nous définissons et examinons les types d’information que les étudiants souhaitent obtenir sur les perspectives d’emploi ainsi que le délai et le format qu’ils préfèrent pour recevoir de tels renseignements. D’autres Rapports de perspectives de l’IMT se concentrent sur les compétences et les salaires.

Encadré 1 : Méthodologie de l’étude qualitative en ligne

Nous nous sommes associés à Refresh Market Research pour faire participer des étudiants de première année postsecondaire à un forum de discussion en ligne. La discussion en profondeur portait sur l’utilisation qu’ils font de l’information sur le marché du travail pour prendre des décisions concernant leur éducation postsecondaire et leur parcours professionnel.

Au total, nous avons recruté 35 participants de 17 à 20 ans qui venaient de terminer leur première année d’éducation postsecondaire au printemps 2019 ou qui étaient en train de terminer leur dernière année de secondaire et inscrits à un programme postsecondaire débutant à l’automne. Comme le montre le tableau ci-dessous, nous avons veillé à ce que les participants représentent un grand nombre de régions et de types d’établissements.

Distribution Catégories Nombre de participants
Répartition géographique Nord (Yukon, Territoires du Nord-Ouest et Nunavut) 5
Ouest (Colombie-Britannique, Alberta, Manitoba et Saskatchewan) 9
Ontario 6
Québec 7
Est (Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Île-du-Prince-Édouard Terre-Neuve-et-Labrador) 8
Éducation Collège d’enseignement technique ou professionnel 2
Collège communautaire 5
Université 28

La clé : la profession

L’avenir du travail est un sujet d’actualité, comme en témoignent les nombreuses publications sur la création et la destruction d’emplois ainsi que leur transformation. Les Canadiens, y compris les étudiants, peuvent être dépassés par la quantité et la nature parfois contradictoire de ces renseignements. Notre étude qualitative a été conçue pour cerner l’information sur le marché du travail la plus pertinente pour eux.

Les étudiants se sont vu présenter les futures offres d’emploi en quatre catégories : par profession, par secteur d’activité, par formation (c.-à-d. les emplois que les diplômés de leur programme pourraient occuper) et par lieu (soit par province ou par ville). On leur a demandé de classer l’information de « très importante » à « pas du tout importante » et d’expliquer leurs choix. Les étudiants ont indiqué que les futures offres d’emploi par profession sont les informations les plus pertinentes, suivies de celles par lieu, puis par formation et enfin, par secteur d’activité.

« Le fait de disposer de telles informations [sur les offres d’emploi par profession] me motiverait à devenir plus compétitif sur le marché du travail. »

Lorsqu’on leur a demandé de justifier leurs choix, les étudiants ont affirmé qu’il est particulièrement important de connaître les offres d’emploi par profession au cours de la dernière année du secondaire afin d’évaluer les perspectives de carrière pour leur profession de choix ainsi que le niveau de compétition auquel ils peuvent s’attendre lors de leur recherche d’emploi. Les répartitions par profession étaient les plus importantes, mais les étudiants voulaient aussi ces informations par région.

Les futures offres d’emploi par lieu ont été classées deuxièmes en importance après les offres par profession. Les participants au groupe de discussion ont indiqué qu’il est important d’avoir accès à ces informations puisque pour beaucoup, un déménagement est envisageable pour travailler. Une meilleure information sur les futures possibilités dans différentes régions peut contribuer à motiver les étudiants à trouver des renseignements sur le coût de la vie, la qualité de vie et d’autres aspects pratiques dans des endroits offrant de bonnes perspectives d’emploi.

En connaissant « la disponibilité des emplois dans les endroits intéressants où j’aimerais travailler, je peux planifier en conséquence et déménager au besoin ».

Les offres d’emploi par formation ont été classées comme le troisième type d’information sur les perspectives professionnelles en importance. Les étudiants ont indiqué que ces informations sont utiles pour déterminer le type et le niveau d’éducation et de formation requis pour garder une longueur d’avance dans la recherche d’emploi. Si les participants ont estimé que les offres par formation étaient utiles pour ceux qui cherchent à décrocher leur premier emploi, les perspectives par secteur d’activité ont quant à elles été classées comme les moins pertinentes pour la prise de décisions concernant l’éducation et la carrière.

Les offres d’emploi par secteur d’activité sont « moins important[es] pour moi parce que la plupart des compétences et formations sont transférables d’un secteur à l’autre ».

Des délais adaptés sont nécessaires

Le futur est subjectif : il signifie différentes choses pour différentes personnes. C’est pourquoi nous nous sommes renseignés sur le délai idéal pour les prévisions d’emploi. Les étudiants préfèrent recevoir des données sur le nombre prévu de nouveaux emplois pour le moment où ils prévoient obtenir leur diplôme et entrer sur le marché du travail. Nous leur avons demandé de classer chaque période (deux, cinq et dix ans) de « très importante » à « pas du tout importante » et d’expliquer pourquoi. Le tableau 1 présente la répartition de l’importance relative des offres d’emploi pour ces trois périodes.

Tableau 1 : Importance des offres d’emploi par période

Très important Plutôt important Pas du tout important
Nombre prévu de nouvelles offres d’emploi dans 2 ans 18 13 4
Nombre prévu de nouvelles offres d’emploi dans 5 ans 17 17 1
Nombre prévu de nouvelles offres d’emploi dans 10 ans 15 10 10

Le nombre prévu de nouvelles offres d’emplois dans cinq ans correspondait au délai le plus favorable aux étudiants. Ce choix n’est pas surprenant, étant donné que la plupart des participants (28 sur 35) prévoyaient obtenir leur diplôme universitaire dans trois à cinq ans. Trente-quatre participants ont jugé que ce délai était très important ou plutôt important, tant chez les étudiants de programmes de deux ans que chez ceux des programmes de quatre ans. Les étudiants de programmes de quatre ans ont affirmé que l’horizon de cinq ans leur indique le nombre potentiel d’emplois lorsqu’ils entreront sur le marché du travail.

« Dans cinq ans, je serai sorti de l’école et à la recherche d’une carrière, donc connaître ces chiffres me motivera à faire ce qu’il faut pour avoir une carrière dans le secteur d’activité de mon choix. »

Les étudiants ont également estimé que les prévisions sur deux ans étaient utiles. Trente et un participants ont qualifié ce délai de très important ou plutôt important. Les étudiants inscrits à des programmes de deux ans ont affirmé que cette période correspond au début de leur recherche d’emploi, tandis que ceux de programmes de quatre ans ont déclaré qu’un tel délai peut les aider à décider s’ils doivent changer de domaine d’études. À l’autre extrême, l’horizon de dix ans était le moins prisé des participants. Dix d’entre eux ont qualifié les prévisions selon ce délai de pas du tout importantes, affirmant qu’elles n’étaient pas fiables pour planifier une carrière. Un participant a déclaré qu’elles pourraient être utiles, mais seulement pour « ceux inscrits à des programmes scolaires à plus long terme »

Le format le plus populaire

Les perspectives d’emploi se déclinent sous différents formats. Afin de savoir lequel est le plus pertinent, nous avons présenté aux participants des perspectives selon trois styles couramment utilisés:

  1. Un énoncé sur le nombre d’offres d’emplois futures pour une profession et un lieu donnés.
  2. Un système de classement (p. ex. : « bonnes », « moyennes », « limitées ») sous forme d’évaluation à trois niveaux avec des étoiles
  3. Une liste des emplois les plus recherchés pour un lieu donné.

La figure 1 présente l’exemple que l’on a montré aux étudiants et qu’on leur a demandé d’évaluer et de commenter.

f-1-fr

Les répondants ont préféré la liste des emplois recherchés aux deux autres formats, car, selon eux, la liste ordonnée offrait plus de contexte que les deux autres options. Toutefois, ils ont aussi déclaré qu’ils aimeraient que chaque profession soit accompagnée de données comme le nombre d’emplois prévus et le degré d’incertitude associé aux prévisions. Les étudiants voulaient également une liste de professions plus longue que les cinq prévues. Ils ont suggéré qu’une liste d’au moins 10 professions donnerait un portrait plus clair du futur marché du travail.

« D’après mon expérience, lorsque je fais des recherches sur le marché de l’emploi, je ne me contente pas d’un survol rapide. C’est une tâche pour laquelle je veux prendre mon temps et me concentrer, donc plus il y a d’information, mieux c’est. Je trouve cette liste trop courte; je préférerais qu’elle comporte 20 ou 25 éléments, avec des mesures réelles. »

On a également présenté aux étudiants une déclaration sur le nombre prévu d’offres d’emploi pour une profession et un lieu donnés. Ils ont trouvé cette information précise, mais dépourvue de contexte. Les avis étaient partagés à savoir si les renseignements fournis représentaient de bonnes ou de mauvaises perspectives. Par exemple, certains estimaient que la prévision selon laquelle 750 emplois seraient disponibles pour les professionnels du marketing au Québec en 2020 semblait plutôt prometteuse et représentait une opportunité pour les nouveaux diplômés et les personnes sans emploi. D’autres ont indiqué que « ce nombre d’emplois n’[était] pas très élevé comparé au nombre de personnes dans le domaine du marketing au Canada ».

Finalement, les participants ont trouvé inutile le système de classement par étoiles. Étant donné l’importance pour les étudiants de prendre des décisions de carrière en connaissance de cause, il est primordial de présenter les données d’une manière qui n’entraîne pas de conclusions erronées.

« Le tableau [de classement par étoiles] était trop simpliste, enfantin, peu fiable et imprécis. »

La voie à suivre

Souvent, les étudiants collégiaux et universitaires de première année commencent tout juste à réfléchir aux possibilités d’emplois concrètes qui leur seront offertes à l’avenir. Comme la plupart ont devant eux plusieurs années avant de démarrer leur carrière, les prévisions d’emploi peuvent être particulièrement avantageuses. Notre conversation avec eux a permis de confirmer cette hypothèse. Nous avons aussi appris que les étudiants veulent de l’information plus détaillée et personnalisable (c’est-à-dire propre à leur domaine d’études et à leur parcours professionnel), fondée sur des données fiables. Les étudiants étaient également conscients qu’ils pourraient devoir déménager afin de trouver un poste dans la profession de leur choix, et souhaitaient de l’information qui les aiderait à se préparer à ce changement.

Nos conclusions révèlent des considérations importantes pour les fournisseurs de prévisions de la demande de main-d’œuvre. D’une part, les jeunes Canadiens veulent de l’information sur les futures offres d’emploi qui correspond au moment où ils prévoient obtenir leur diplôme d’études postsecondaires et entrer sur le marché du travail. Les prévisions à long terme (p. ex. : 10 ans) ont été jugées trop incertaines pour être utiles à la prise de décision de carrière. D’autre part, les étudiants veulent plus de détails et de contexte sur les perspectives d’emploi présentées.

Avec ses collègues fédéraux, provinciaux et territoriaux ainsi que ses partenaires non gouvernementaux, le CIMT travaillera à peaufiner ces recommandations afin de mieux soutenir les producteurs d’IMT et, ultimement, de promouvoir des pratiques exemplaires en matière de communication de l’information sur le marché du travail aux étudiants canadiens.

Remerciements

Ce Rapport de perspectives de l’IMT a été préparé par Bolanle Alake-Apata, du CIMT. Nous aimerions remercier le Groupe consultatif pancanadien des intervenants et les autres parties prenantes pour leur contribution à la révision de ce rapport. En particulier, l’équipe tient à remercier Ellen MacEachen (Université de Waterloo), Philip Mondor (RH Tourisme Canada) et Debra Hauer (AgriIMT, Conseil canadien pour les ressources humaines en agriculture) pour leurs commentaires.

Pour de plus amples renseignements sur ce Rapport de perspectives de l’IMT ou les autres activités du CIMT, veuillez consulter notre page de publications. Vous pouvez aussi communiquer avec Bolanle AlakeApata à bolanle.alake-apata@lmic-cimt.caou Tony Bonen (directeur de la recherche, des données et de l’analytique) à tony.bonen@lmic-cimt.ca. Nous vous invitons également à jeter un œil au tableau de bord des résultats de l’étude par groupe démographique et aux Rapports de perspectives de l’IMT sur les types d’information sur les salaires et les compétences dont les étudiants ont besoin.

Notes :

  1. Statistique Canada, Tableau 37-10-0015-01, Effectifs postsecondaires, selon le type de programme, genre de sanction d’études, groupes d’âge, régime d’études et sexe.

Sign up for our newsletter

Nous contacter

Pour toute question ou commentaire, contactez-nous et nous vous répondrons dans les plus brefs délais

613-695-0699

410, avenue Laurier Ouest,
bureau 410
Ottawa, Ontario K1R 1B7

Demandes des médias :
communciations@lmic-cimt.ca
Veuillez entrer votre nom.
Veuillez entrer un message.
Veuillez vérifier le captcha pour prouver que vous n'êtes pas un robot.